jeudi 4 décembre 2014

Le genre, encore



La Grande table (2ème partie) par Caroline Broué
Le genre, encore 03.12.2014
avec Bérénice Levet pour son dernier livre : La théorie du genre ou Le monde rêvé des anges, Ed. Grasset, 2014

Le Genre se veut notre nouvel Evangile, porteur de la « bonne nouvelle » que le masculin et le féminin ne sont que constructions et peuvent par conséquent être déconstruits. A cet historicisme intégral qu’elle récuse, Bérénice Levet n’oppose pas Dieu, la nature ou la tradition mais la partition que l’Europe et spécialement la France ont composée sur cette donnée universelle de la dualité des sexes : la galanterie, l’érotisme et la conversation. Non parce qu’ils sont des legs du passé mais parce qu’ils exhalent une saveur incomparable.
Forte d’une position critique, Bérénice Levet se situe à égale distance des partisans du Genre et de ses opposants : au cœur du Genre, dans cette promesse d’un monde où il n’y aurait plus ni hommes ni femmes mais des êtres rendus à une prétendue neutralité originelle, n’y a t-il pas une volonté de couper les ailes du désir hétérosexuel, d’exorciser la hantise de l’attirance que les deux sexes s’inspirent ?
En d’autres termes le Genre n’est-il pas le dernier avatar de la haine d’Eros, l’ultime mouture d’un puritanisme qui n’ose pas dire son nom et se pare d’un alibi progressiste ?
Quatrième de couverture
Commande sur Amazon : La théorie du genre ou Le monde rêvé des anges: essai

Voir aussi les pages : Reflets dans un oeil d'homme (Nancy Huston) / La triste histoire de David Reimer (expérience de John Money, "père historique" de la théorie du genre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...